counter on godaddy
View MyStats
eXTReMe Tracker

30/08/2014

la Médaille de l'Yser

Belgique-Medaille-de-L'Yser-nuage.jpg

Belgique-Medaille-de-L'Yser.jpg 

Belgique, Médaille de l'Yser 14-18

La bataille de L'Yser du 17 au 31 octobre 1914. Elle sera aussi importante que la bataille de la Marne car elle est la clef pour bloquer les avancées allemandes vers Paris ou vers la Manche. Si les Allemands passaient ils auraient d'une part coupé le flux anglais (dites la course à la mer) et d autre part ils pouvaient soit prendre à revers les troupes françaises soit foncer sur Paris.

Au début de cette guerre, les Allemands s'attendaient à ce que les Belges les laissent passer contre une garantie de laisser leur pays intacte. Il n'en fut rien. Or c'était crucial pour l'Allemagne de passer au plus vite sur le territoire belge de manière à prendre Paris et puis de retourner leurs troupes sur le front de l'est face à la Russie. Il n'en fut rien. Les chiffres sont contre nous :  les Allemands ont mobilisés 870.000 hommes au début de la guerre pour atteindre 3,6 millions de soldats au final alors que les soldats belges ne sont que 120.000 pour se défendre pour atteindre les 200.000 hommes dès que les réservistes ont été incorporés. En ce mois d'octobre, après 2 mois d'invasion,le pays est réduit à une petite bande de terre de quelques kilomètres carrés près de la mer du nord. La Belgique était la 7ème puissance économique mondiale et en moins de 2 mois elle était devenue un pays où sa population avait faim. Quelle déraison que la guerre.

La bataille de l'Yser va opposer ce qui reste de l'armé belge soit 82.000 hommes faces à 170.000 allemands. Pendant 15 jours les pertes vont être importantes. L'armée belge perdra plus de 30.000 hommes. Imaginez nous : vous vous levez le matin et vous allez dans "les boyaux de la mort" en sachant que vous avez une chance sur trois d'y mourir. Et vous répétez cela pendant 15 jours.

Face à une armée trop puissante, la stratégie belge va être d'ouvrir les écluses menant à la mer et d'inonder la région de L'Yser et d'Ypres stoppant ainsi l'avancée voire même faisant reculer l'armée allemande. A la fin de cette bataille, commence la guerre de tranchée.

Difficile de rendre ce type d'émotion via une photo de médaille. Ce n'est pas mon habitude de modifier mes photos. Mais ici, peut être que cela apporte quelques choses? Chacun peut y voir ce qu'il y veut :  la peur, la mort, les gaz, la souffrance. Mais cette photo ne fonctionne, je crains, qu'en voyant l'originale. Sinon le sujet n'est pas évident à percevoir. 

 

 

Écrit par Michel dans Photos Belgique, Photos Médaille 14-18 | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : yser, ypres, guerre 14-18 | |  Facebook |

29/08/2014

La croix du feu

Belgique-Medaille-du-feu.jpg

Belgique, Croix du feu 1914 -1918

La Croix du feu était donnée à tous les combattants ayant été au front au minimum 18 mois et étant revenu vivant. Ce qui n'est pas rien : sur les 200.000 soldats engagés au début de la guerre, 2/3 seront tués ou blessés. Mon grand père y est resté 4 années depuis les premiers combats pour la défense de Liège. Il a connu 3 "premières" dans l'horreur et qui restent hélas encore d'actualité tant à Gaza, en Syrie ou en Irak. Le monde n'a donc pas changé et nous ne sommes pas devenus plus sages. Ces 3 premières sont :

* le bombardement aérien :

     Les premières bombes lâchées d'un avion l'ont été pour venir à bout des forts de Liège pour lequel les Allemands ne pensaient pas devoir faire face à une aussi grande résistance.

    L'utilisation de boucliers humains :

     Les Allemands, frustrés par la résistance de l'armée belge et de la population, avançaient avec des civils belges les entourants pour éviter les tirs des francs tireurs et envoyaient ces mêmes civils en avant garde sur les ponts de chemin de fer pour tester s'ils étaient minés.

   L'utilisation de gaz :

     C'est lors de la bataille de Ypres que fut utilisé pour la première fois des gaz (moutardes) pour tuer des êtres humains: d'ou son nom de Ypérite. A ce moment là, mon grand père était dans les tranchées face aux Allemands  et également pendant la fameuse bataille d' Ypres du 17 au 31 octobre 1914. Le front n'était pas plus grand que 30 km de long. A certains endroits, dits les boyaux de la mort, les 2 lignes ennemies n'étaient distantes que de 30 mètres. Mon grand père a du être en face d un caporal allemand qui venait d'avoir son baptême du feu le 28 octobre. Ce caporal était Adolf Hitler, alors simple soldat, servant d'estafette pour transporter les messages entre les lignes. Ceci peut paraitre banal. Mais l Histoire peut changer du tout au tout sur des détails. Et si il avait tué Hitler ? Je ne pense pas que cela aurait changé la face du monde. Un autre nazi l'aurait remplacé 20 ans plus tard. Par contre ce qui a été crucial sur le front de l'Yser, c'est que ce simple soldat Hitler a été lui aussi gazé. Et il s'en souviendra. Pendant la guerre 40-45, il a donc toujours refusé que l'arme chimique soit utilisée. Imaginez Bruxelles, Londres et Paris bombardés avec des gaz :  les millions de morts civils et militaires. Par contre, il n' eut aucun scrupule à l'utiliser pour tenter d'exterminer les Juifs.

 

 

Écrit par Michel dans Photos Belgique, Photos Médaille 14-18 | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : hitler, yser, yperite, médaille, croix du feu | |  Facebook |

04/08/2014

le 4 aout 1914 le premier jour de la guerre

Belgique-croix-de-fer-1418.jpg

Belgique, Croix de Guerre de mon grand père

Deux extraits de "A L'ouest rien de nouveau" de Erich Maria Remarque : 

"A proprement parler, les plus raisonnables, c'étaient les gens simples et pauvres; dès le début, ils considérèrent la guerre comme un malheur, tandis que les bourgeois ne se tenaient plus de joie...Katczinsky prétend que c'est la faute à l'instruction, laquelle nous rend bêtes...Ils auraient dû être pour nos dix-huit ans des médiateurs et des guides nous conduisant à la maturité, nous ouvrant le monde du travail, du devoir, de la culture et du progrès, préparant l'avenir... Or, le premier mort que nous vîmes anéantit cette croyance...et nous voyions que de leur univers rien ne restait debout. Nous nous trouvâmes soudain épouvantablement seuls; et c'est tout seuls qu'il nous fallait nous tirer d'affaire."

"... des plaisanteries ignobles et féroces...Cela nous empêche de devenir fous. Tant que nous le prenons de cette façon, nous sommes capables de résister. Mais nous n'oublions pas!...Tant que nous devons rester en campagne, les jours de front, lorsqu'ils sont passés, tombent comme des pierres au fond de notre être parce que trop lourds pour que nous puissions aussitôt les méditer. Si nous le faisions, ils nous anéantiraient, car j'ai déjà remarqué ceci : les horreurs sont supportables tant qu'on se contente de baisser la tête, mais elles tuent, quand on y réfléchit".

 

Écrit par Michel dans Photos Belgique, Photos Médaille 14-18 | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : médaille, croix de guerre | |  Facebook |

02/08/2014

A mon grand père

Belgique-Medaille-1418-mon-grand-pere.jpg

Belgique, Médailles de la guerre 14-18

Il y a cent ans, mon grand père devait vivre une de ses premières nuits angoissantes. Demain, le 3 août 1914, il sera en première ligne pour défendre la ville de Liège. La première ville fortifiée que les Allemands vont pilonner entre autre avec la grosse Bertha. 

Il était un des plus jeunes soldats. Engagé volontaire à l'âge de 16 ans. Il était en première ligne à 17 ans à peine. Pendant 4 années, il ne quittera pas le front. Evitant par deux fois la mort : une balle de coté lui transpercera son bras, passera à 1 cm du coeur car déviée par sa trousse de secours placée sur sa poitrine. Petit j'ai vu et joué avec cette trousse dont l'épingle à nourrice avait été pliée par la balle et le contenu déchiqueté. Plus tard un éclat d'obus le blessera à la nuque. Puis il devra repartit au front jusqu'à la fin de la guerre.

Il était dans le célèbre régiment du 12ème ligne (défense de la ville de Liège, Anvers, bataille de Ypres,...). En 1915, ce régiment a été choisi par le Roi Albert I pour accueillir son fils, Leopold III futur roi, qui avait à peine 13 ans.

Ici toutes ses médailles, en fait ce sont toutes celles possible d'avoir : Croix de guerre, Croix du feu (+de 18 mois au front), médaille militaire avec chevron, bataille de l'Yser (1ère fois dans l' in-humanité qu'on a utilisé des gaz), défense de Liège, Commémoration et médaille de la victoire.

Je n'aime pas l'armée, mais j'aime l'Histoire. Si vous ne devez lire qu'un seul livre sur 14-18, précipitez vous sur "A L'Ouest Rien de Nouveau"  de Erich Maria Kremer rebaptisé Erich Maria Remarque après avoir du quitter l'Allemagne nazi qui ne supportait pas son livre humaniste décrivant dans les détails au jour le jour la vie d'un soldat allemand en 14-18. Ce livre devrait être lu par tout le monde tellement il est encore d'actualité.

 

 

 

Écrit par Michel dans Photos Belgique, Photos Médaille 14-18 | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : médaille, guerre 14-18 | |  Facebook |