counter on godaddy
View MyStats
eXTReMe Tracker

04/06/2012

The Don : pub ou art ?

 

Sandeman.jpg

Gare de Genval, Belgique

Certaines pub n'ont plu besoin d'être signées. Elles deviennent des icones.

Voici son histoire : 

In 1928 George Massiot Brown was an artist working for the Lochend Printing company, who approached Sandeman for business. Sandeman requested some designs for posters, and the remarkable silhouette of the Don was born.

Dressed like the Spanish caballeros de Jerez in a Portuguese student’s cape and wide-brimmed hat, the Don cuts a dark, dramatic figure with his glass of ruby coloured Porto.

George Massiot Brown was well aware that French poster artists were very much in vogue, so signed his artwork as G. Massiot to hide his Scottish origins.

Little did he know that The Don would be the very first iconic logo for a wine. Recognised throughout the world, The Don represents the mystery and sensuality that communicates the Sandeman brand.

 

 

En 1928 George Massiot Brown  était un artiste travaillant pour la société Lochend Printing, celle-ci a démarché Sandeman pour faire du business. Sandeman a demandé quelques designs pour des affiches et la silhouette du Don est née.

Habillé comme un caballeros espagnol de Jerez dans une cap d'étudiant portugais et avec un chapeau à larges bords, Don est une figure sombre, dramatique  avec son verre de Porto de couleur rubis.

George Massiot Brown était conscient que les artistes d'affiche d'origine française étaient plus en vogue. Il a donc signé en tant que G. Massiot pour cacher ses origines écossaises.

Il ne savait pas encore que le Don allait devenir le tout premier logo iconique pour un vin. Reconnu dans le monde entier, Don représente le mystère et la sensualité de la marque Sandeman.

Écrit par Michel dans Photos de rue | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sandeman, george massiot brown, the don | |  Facebook |

Commentaires

Une pub, une icône.... et une très belle photo ! Et merci pour le "petite histoire" !!

Écrit par : Nath | 04/06/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.